Revue de jurisprudence (mars 2018)

  • Relations individuelles – focus sur les CDD

Recours répété au CDD pour motif de remplacement 

Cass. soc., 14 février 2018, n° 16-17.966

En application des dispositions de l’article L.1242-1 du Code du travail, le recours au CDD ne doit pas avoir pour objet de pourvoir durablement un emploi lié à l’activité normale et permanente de l’entreprise.

En pratique, le recours répété à des CDD conclus avec un même salarié entraînait fréquemment la reconnaissance d’un emploi lié à une activité normale et permanente de l’entreprise, et donc la requalification en CDI.

En l’espèce, une centaine de CDD successifs avaient été conclus avec la salariée.

Reprenant la jurisprudence de la Cour de Justice de l’Union Européenne, la Cour de cassation assouplit sa position en affirmant désormais que le seul fait de recourir à des contrats à durée déterminée pour motif de remplacement de manière récurrente, voire permanente, n’implique pas l’absence d’une raison objective de recours au CDD, ni l’existence d’un abus.

Continuer la lecture de « Revue de jurisprudence (mars 2018) »

Le nouvel accord « compétitivité »

Le nouvel article L. 2254-2 du Code du travail permet, à certaines conditions, de conclure un accord collectif d’entreprise d’aménagement de la durée du travail dont les stipulations se substituent aux clauses contraires des contrats de travail, le refus du salarié entraînant son licenciement pour un motif « sui generis » encadré par la loi.

Ce dispositif nouveau remplace les anciens de même nature qui avaient rencontré un faible succès en pratique : accords de maintien de l’emploi, accords en faveur de la préservation ou du développement de l’emploi et accords de mobilité professionnelle ou géographique.

Continuer la lecture de « Le nouvel accord « compétitivité » »

Comité social et économique (CSE) – Présentation générale

FUSION DES INSTANCES DE REPRESENTATION DU PERSONNEL

(Comité d’entreprise, Délégués du personnel et CHSCT)

L’un des apports majeurs des « Ordonnances Macron » est la création du Comité Social et Economique en lieu et place des instances représentatives du personnel aujourd’hui existantes.

L’ordonnance concernée est « relative à la nouvelle organisation du dialogue social et économique dans l’entreprise […] ».

Elle  réécrit en particulier tout le Livre III de la Partie II du Code du travail, consacré aux instances représentatives du personnel…

Continuer la lecture de « Comité social et économique (CSE) – Présentation générale »